Végétarien, végétalien, vegan : la différence

26/03/2019 | Côté Santé

AccueilBlogCôté SantéVégétarien, végétalien, vegan : la différence

La préservation de la santé devient de plus en plus une préoccupation de tous les jours. On ne cesse de nous rappeler que la santé vient d'une bonne alimentation. Ce n'est donc une surprise pour personne si le monde de l'alimentation évolue et que de nouvelles tendances naissent au fil du temps. Seulement, quelques distinctions sont à faire concernant certaines pratiques alimentaires. Végétarisme, végétalismes et véganismes : plutôt similaires à première vue, mais des différences sont bien réelles. Quelles sont-elles ?

 

Le végétarisme

 

Cette pratique alimentaire est à l'origine des deux autres. Elle remonte à Pythagore, le premier végétarien. C'est une alimentation qui exclut la viande sous toutes ses formes, qu'elle soit rouge, blanche, les poissons et tous les fruits de mer.

À ce stade, les végétariens sont tous pareils. Mais une subdivision peut les départager en deux branches. Le lacto-ovo-végétarien se limite à cette exclusion de la viande de son alimentation. Par contre, il consomme les produits issus d'animaux comme les œufs ou le lait.

Ensuite, il y a le lacto-végétarien. Cette catégorie est pour les végétariens qui consomment du lait, mais fait abstraction de l'œuf dans son alimentation.

Enfin, il y a le semi-végétarien. Si viande est exclue de l'alimentation, les poissons, les volailles et tout autre fruit de mer font partie de la consommation. Pour cette dernière branche, la restriction reste sur les viandes de bétails.

 

 

Le végétalisme

 

Cette pratique, aussi appelé "végétarisme strict", fait abstraction de toute consommation autre que végétale. Même les produits dérivés des animaux sont occultés.

Les partisans du végétalisme se limitent donc à la consommation des produits issus de la végétation. Poissons, fruits de mer, œuf, lait, tout est à bannir de la consommation. Même le miel, un produit naturel est banni de l'alimentation puisque c'est un produit de l'abeille, un insecte, donc un animal.

 

Le véganisme

 

Contrairement aux deux précédentes pratiques alimentaires, le véganisme n'est pas limité à la consommation. En effet, le véganisme est un mode de vie et non une pratique alimentaire.

Le véganisme va au-delà de la consommation. C'est un état d'âme, un comportement responsable dicté par un principe fondamental qui refuse l'exploitation des animaux sous toutes les formes.

La pratique alimentaire ne reste donc pas le seul domaine d'expression du véganisme. C'est devenu une sorte de combat que les partisans mènent au quotidien. Dans cette lutte, les végans œuvrent pour mettre un terme aux traitements que les animaux subissent, quels qu'ils soient.

C'est une lutte qui inclut la non-consommation de viande et de tous produits dérivés, l'abolition de la pratique de l'élevage intensif, l'utilisation d'animaux pour différents tests cosmétologiques, biologiques ou autres, toute autre forme d'exploitation comme les cirques, les zoos.

 

Les différences fondamentales

 

Les trois pratiques appartiennent plus ou moins au même registre. Elles partent d'une même base : notamment l'abolition de la consommation de viande. Néanmoins, les différences sont bel et bien réelles. Elles se situent principalement dans le degré d'implication de la personne concernée.

Le végétarien est moins impliqué que le végétalien, qui l'est moins que le végan.

Soumettre une recette

encart-soumettre-recette

icone-share Faites chauffer cet article en le partageant icone-share

Pin It on Pinterest