182888962095981

Alimentation des bébés de 1 à 3 ans

30/06/2022 | Côté Santé

AccueilBlogTrucs et AstucesAlimentation des bébés de 1 à 3 ans

Au cours des premières années de sa vie, l'enfant doit acquérir des habitudes alimentaires saines afin de bien grandir et d'éviter les maladies à l'âge adulte. Voici comment un enfant doit s'alimenter de 1 à 3 ans après le sevrage

Hippocrate disait : que la nourriture soit ton médicament et le médicament ta nourriture. Bien manger est en effet important pour notre santé, à tout âge. Et c'est précisément dans les premières années de la vie que des habitudes alimentaires saines doivent être acquises, lorsque le petit à la maison cesse de ne manger que du lait et découvre et savoure progressivement ce que maman et papa mangent.

 

L'enfant commence à partager les repas avec la famille

 

Partant du principe que c'est à la mère de décider de la durée de l'allaitement, l'Organisation Mondiale de la Santé suggère de le poursuivre jusqu'à l'âge de deux ans. Mais après la première bougie, le lait maternel (ou de vache ou de croissance) n'est plus le pilier de l'alimentation du nourrisson et l'enfant peut partager ses repas avec le reste de la famille, à condition que celle-ci ait une alimentation saine et équilibrée.

Il suffit de suivre de petites astuces comme couper la viande et les aliments en petits morceaux faciles à mâcher, à prendre avec une cuillère ou à saisir avec les doigts et surtout d’occuper votre bébé avec des cartes de jeux éducatives pour éviter qu’il s’impatiente !

 

Les parents doivent donner le bon exemple

 

La première recommandation des pédiatres et des nutritionnistes aux nouveaux parents est de donner le bon exemple.

"Les enfants apprennent de leurs parents. Ils les observent dès les premiers jours de leur vie et tentent d'imiter leur comportement. Et c'est à partir de cette prémisse que nous devons commencer à aider les mères et les pères à aborder la phase d'alimentation complémentaire, lorsque, c'est-à-dire à partir du sixième mois de vie, on peut proposer aux enfants des aliments complémentaires au lait", explique Sergio Conti Nibali, responsable du groupe nutrition de l'Association culturelle des pédiatres. "Si les parents ont une alimentation adéquate, il est certain que leurs enfants auront aussi une alimentation adéquate".

D'où l'importance de ne jamais laisser de côté les fruits et légumes et d'avoir une alimentation aussi variée que possible.

Importance des fruits dans l'alimentation des bébés

 

Si les enfants sont exposés à une grande variété d'aliments et de saveurs dès leur plus jeune âge, ils sont plus susceptibles de les apprécier. "Mais ne désespérez pas s'ils refusent d'essayer ce qu'il y a dans leur assiette. Il faut s'armer de patience. Et essayez et réessayez, proposant ainsi progressivement plusieurs fois une assiette d'épinards ou de brocolis pour inciter l'enfant à y goûter et à surmonter la peur que cela ait mauvais goût", suggère Laura Censi, nutritionniste à l'Institut national de recherche sur l'alimentation et la nutrition.

Après tout, "la néophobie alimentaire, l'aversion pour les nouveaux aliments, est si courante qu'elle est considérée comme une étape du développement de l'enfant", écrit Prescott. Il suffit de penser aux "je n'aime pas ça" prononcés devant des aliments qui n'ont jamais touché les lèvres de l'enfant : un grand classique des repas de famille. "C'est donc très bien d'essayer de les intriguer avec des recettes différentes et de proposer des plats qui soient également beaux à regarder, par exemple en jouant sur la couleur et la disposition des aliments", ajoute Morino.

 

Le menu doit être sain et varié

 

Mais que mettre dans l'assiette ? Pour favoriser la croissance et un développement sain, le régime méditerranéen doit être plébiscité dès le plus jeune âge.

Un modèle alimentaire qui comprend beaucoup de fruits et de légumes, accompagnés de céréales et de légumineuses, de lait et de produits laitiers en alternance avec du poisson, de la viande et des œufs, et de l'huile d'olive extra vierge comme assaisonnement.

 

 

Ne les forcez pas à manger. Les enfants s'autorégulent

 

Au cours de la deuxième année, la croissance se déroule à un rythme plus lent et les besoins caloriques par kilogramme de poids sont réduits (environ 90 calories par kilogramme de poids corporel). Un appétit réduit peut cependant être perçu comme une situation de risque nutritionnel. Et "au secours, mon bébé ne mange pas" finit par devenir l'une des principales préoccupations des parents (au moins italiens).

Certains, plus ou moins obsédés par l'idée que leur enfant ne mange pas assez, imaginent d'improbables trains ou avions jouets qui finissent leur course dans la bouche de l'enfant ou se lancent dans un épuisant tir à la corde pour le convaincre de brosser tout ce qu'il y a dans son assiette.

"Mais en réalité, les enfants sont capables de se réguler, d'absorber la quantité de nourriture dont ils ont besoin, il n'est donc pas nécessaire de les forcer ou de les gronder s'ils ne veulent pas manger", suggère Riccardo Davanzo, pédiatre.

"À la base, il y a aussi une perception erronée des portions qui leur conviennent", rappelle Ilaria Giulini Neri, pédiatre et experte en nutrition à l'hôpital Melegnano. Il est évident que l'on ne peut pas proposer aux enfants la même quantité de pâtes, de viande ou de fruits qu'aux adultes. Et comme les besoins énergétiques varient d'un enfant à l'autre, en fonction de leur taux de croissance, de leur poids et de leur activité, il est bon de ne pas s'inquiéter mais d'en parler au pédiatre. Sans sous-estimer, donc, qu'il n'y a rien d'étrange si "ils alternent des périodes d'augmentation et de diminution de l'appétit", ajoute Conti Nibali.

Les parents ont donc pour tâche d'interpréter correctement les signaux de faim et de satiété de leurs enfants, d'éviter de les nourrir plus que nécessaire et de respecter leur sens de l'autorégulation de l'appétit, qui est présent dès la naissance.

 

5 repas par jour

 

Dès le plus jeune âge, il est bon de diviser la journée en cinq repas : petit-déjeuner, déjeuner, dîner et deux collations, une le matin et une l'après-midi.

Essayez de répartir les besoins énergétiques quotidiens à peu près comme suit :

  • petit-déjeuner 15%,
  • collation en milieu de matinée 5%,
  • déjeuner 40%,
  • collation 10%,
  • dîner 30%.

Évitez de manger en dehors des repas afin de ne pas perturber le cycle naturel faim-appétit-satiété.

Alimentations des bébés : 5 repas par jour

 

Petit-déjeuner et collation

 

"Commencer la journée, si possible tous ensemble, par un bon petit-déjeuner est une habitude fondamentale : elle permet de mieux répartir les calories tout au long de la journée et est utile pour garder le poids sous contrôle même pendant l'adolescence", recommande Giulini Neri.

Au petit-déjeuner, il est préférable de proposer des aliments sains et nutritifs, comme du lait ou du yaourt, des fruits, des gâteaux faits maison ou quelques biscuits, qui apportent ensemble des protéines, des glucides, des fibres et des vitamines.

Pour le goûter, quelque chose de léger est le bienvenu : par exemple un fruit, un jus, un smoothie. L'après-midi, pour couper la faim, un yaourt, une glace, des crackers, des gressins, des biscottes ou du pain et de l'huile ou de la confiture font l'affaire.

 

Déjeuner et dîner

 

Au déjeuner et au dîner, il est préférable d'éviter de préparer le "maquereau classique" : il est impossible de distinguer et d'apprécier les différentes saveurs. En outre, après le sevrage, le régime alimentaire de l'enfant doit progressivement se rapprocher de celui du reste de la famille.

Par conséquent, le conseil général est de varier les sources de glucides (non seulement les pâtes, mais aussi le riz, le blé, l'orge, l'avoine, l'épeautre, l'orge) et les sources de protéines (poisson, viande, de préférence maigre, fromage, légumineuses, œufs) autant que possible au cours de la semaine, mais en évitant de consommer deux aliments protéinés au même repas.

En d'autres termes, il n'est pas nécessaire d'ajouter un peu de fromage sur des pâtes avec une sauce à la viande, ou de donner l'œuf après un plat de pâtes et de lentilles.

"Pour les enfants de cette tranche d'âge, un apport quotidien en protéines de 1 gramme par kilo de poids corporel est recommandé. Mais sans se lancer dans des calculs laborieux, il est bon de rappeler qu'il faut éviter l'excès de protéines, notamment d'origine animale, car c'est l'indice majeur du développement ultérieur de l'obésité", souligne Giulini Neri.

 

Toujours des fruits et des légumes

 

Les fruits (mixés, pressés, hachés) et les légumes (cuits, crus, en purée, hachés) ne doivent jamais manquer, mieux s'ils sont de saison, car ils sont riches en minéraux, vitamines et fibres : ils augmentent le sentiment de satiété, améliorent la fonction intestinale et réduisent le risque de cancer colorectal, de diabète et de maladies cardiovasculaires.

En outre, ils constituent une bonne source d'eau, essentielle pour assurer une hydratation adéquate et, bien entendu, ils doivent être la seule boisson à table.

 

La cuisson à la vapeur est la meilleure. Non aux aliments frits

 

Quelques précautions, enfin, sur le mode de cuisson. Mieux vaut privilégier la cuisson à la vapeur, excellente pour les légumes et le poisson car elle réduit les pertes nutritionnelles, ou la cuisson au four, qui permet de cuire sans ajouter de matière grasse.

La cuisson sous pression réduit également la perte de nutriments en accélérant le temps de préparation. Et si les légumes sont bouillis, n'oubliez pas que les sels et les vitamines passent dans l'eau de cuisson, qui peut être réutilisée pour faire des soupes ou cuire des pâtes.

D'autre part, il n'est pas urgent d'introduire la friture, ou plutôt il vaut mieux la reporter : car les aliments frits sont très caloriques et l'huile, en chauffant, produit des substances toxiques.

Recevoir la newsletter

Inscription à la newsletter de Recettes-Cuisine

Soumettre une recette

encart-soumettre-recette

Pin It on Pinterest